9. Article sur MyLittleRedCar dans le journal L'Alsace

Une p’tite auto dans la tête de Julien

Julien Mélica a imaginé le concept photographique « My Little Red Car » en voulant décorer la chambre de son fils. Depuis, ce photographe mulhousien installé à Wittenheim photographie des p’tites voitures de gosses et réveille l’enfant qui est derrière chaque adulte. Le week-end dernier, il a exposé à Epoqu’Auto à Lyon, devant 65 000 visiteurs.

Le concept de « My little red car » n’est pas nouveau, mais il est en train de connaître un joli coup d’accélérateur. « Tout a commencé à la naissance de notre fils (NDLR : Julien vit et travaille avec la photographe Lydie Luttenbacher). Je cherchais comment décorer sa chambre et j’ai pensé faire une photo de MA voiture quand j’étais gosse. Celle que l’on a tous dans gardé dans sa tête. Moi c’était une Jaguar Type E rouge. » Ce portraitiste talentueux pose la voiture et fait une centaine d’images macro de son jouet pour reconstituer, en grand sur une photo, une voiture de quelques centimètres. « Là, je me suis aperçu d’un truc incroyable. Sur la photo, on pouvait découvrir des détails que l’on ne voyait pas à l’œil nu. » Et Julien de nous montrer une vieille Porsche au 1/43e, martyrisée par un môme, et qui, sur photo d’un mètre par 1,40 m laisse apparaître un grain de sable dans la grille d’aération du coffre arrière. Bluffant... et magnifique de poésie. « En fait, si un enfant n’a pas joué avec une voiture, ça ne m’intéresse pas », précise Julien, appuyé par Lydie : « Ce qui nous intéresse dans la photo c’est de raconter des histoires, c’est l’humain... »

« My Little Red Car est devenu un concept qui a des effets incroyables sur les gens, qui leur met des étincelles dans les yeux quand ils retrouvent la voiture de leur enfance, en grand sur une photo. Mais sur le même principe de la surnetteté, on m’a déjà demandé des photos de doudou, de raquette de tennis... » La voiture ou la moto peut être prise en photo par-dessus, sur le côté, de trois quarts. C’est la ligne qui va déterminer l’angle de prise de vue de Julien... « Jusqu’à présent le concept fonctionnait avec le bouche-à-oreille, mais j’ai décidé de le développer. Alors on a fait le salon Epoqu’Auto à Lyon, le week-end dernier. » Résultat du test grandeur nature ? « Un super-accueil. Les gens me disent : “Votre idée est géniale”. Et ce qui m’a le plus étonné, c’est qu’une personne sur deux qui est venue s’informer pour une photo de petite auto est une femme. Maintenant je vais attendre les retours, les commandes, pour savoir si je m’engage pour Rétromobile à Paris, en février. » Un indice quand même : pour un tirage « My little red car » pour Noël, ça commence à être compliqué côté délais... « C’est vraiment un gros travail de reconstruction de la photo »,explique Julien Mélica, qui propose des tirages uniques à partir de 367 € (24 cm x30cm) et jusqu’à beaucoup plus  pour du 1mX1,40m. Plus cher qu’une p’tite auto, moins cher que la vraie voiture donc, mais les souvenirs d’enfance n’ont pas de prix...

Laurent Gentilhomme

Photos : Hervé Kielwasser et Julien Mélica